Accueil » Santé et survie » Premiers soins et secours » LifeShirt, le T-shirt qui se gonfle pour se transformer en gilet de sauvetage

LifeShirt, le T-shirt qui se gonfle pour se transformer en gilet de sauvetage

Une fois de plus c’est aux dispositifs de flottaison que je m’intéresse aujourd’hui avec le LifeShirt. Ce T-shirt de sport nautique est une véritable innovation qui pourrait bien amener les gilets de sauvetage (de flottaison plus exactement) à retourner au placard.

J’avais déjà eu l’occasion de me pencher sur les innovations en matière de dispositifs de flottaison avec notamment les bracelets Kingii et SelfRescue mais le problème constaté par beaucoup d’entre vous est la difficulté de garder la tête hors de l’eau avec ces équipements ou le maintien d’une personne inconscient sur le dos.

C’est pour cela qu’aujourd’hui j’ai décidé de présenter quelque chose d’un peu différent : le LifeShirt.

details-technique-lifeshirt

Un T-shirt qui se gonfle à la manière d’un gilet de sauvetage

Tout est dit dans le titre. Le LifeShirt est un t-shirt qui a la particularité de pouvoir se gonfler à la manière d’un gilet de sauvetage une fois la tirette actionnée. Son avantage est son faible encombrement. Porté, il n’entrave pas les mouvements contrairement à un gilet classique.

Et comme le dit son créateur (librement traduit par mes soins) :

Un équipement de flottaison personnel n’est efficace que lorsqu’il est porté. Un équipement qui n’est pas confortable est souvent laissé de côté.

Ce t-shirt nautique offre une force de flottabilité de 50 Newton (identique au gilets de sauvetages qui répondent à la norme EN 393) soit 5 kg. Cette norme Européenne préconise tout de même ces dispositifs aux bons nageurs. Son utilisation est recommandée en eaux protégées ou lorsque les secours sont à proximité (de plus que cette norme ne garantit que la flottabilité d’une personne consciente).

Gilet de sauvetage Life Shirt
Le Lifeshirt est un gilet de sauvetage confortable puisqu’il est intégré au t-shirt

Deux modes de déclenchement, manuel et automatique

Tous les modèles (sauf le Watchdog réservé aux enfants) présentés par la marque dispose de deux modes de déclenchement. Le mode automatique permet de détecter l’immersion des épaules et de déclencher le gonflage du gilet alors que le mode manuel nécessite l’intervention de la personne en difficulté.

tirette-declenchement-gilet
La tirette permet de percuter la cartouche de CO2 qui gonfle le gilet de sauvetage intégré

On ne trouve pas plus de détails sur le site de LifeShirt concernant le système de déclenchement automatique mais il y a fort à parier que celui-ci obéit au même procédé que les gilets de sauvetage (ou d’aide à la flottabilité) conventionnels. Une cartouche de CO2 est percuté lorsque le déclencheur est activé via une tirette placée sur le torse. La chambre à air présente dans le gilet se gonfle alors toute seule.

PS : La version Watchdog destiné aux enfants présente uniquement le dispositif de déclenchement automatique. J’en parle un peu plus bas.

Tous disposent également une valve double usage. Le premier étant de permettre le gonflage « à la bouche » de son gilet, et le second, le dégonflage du dispositif de flottaison.

4 modèles de T-Shirt de flottaison

A l’heure actuelle, LifeShirt planche sur 4 modèles de t-shirt avec gilet de sauvetage intégré. Chacune des versions vise un public bien particulier.

Le modèle Stronghold s’adresse aux hommes adultes ou adolescents sportifs et pratiquants de loisirs nautiques alors que la version Oceana est plus adapté au public féminin.

lifeshirt-oceana

Un dernier modèle adulte, le Guardian allie dispositif de flottaison et résistance aux UV. Parfait pour les longues journées en mer.

Les enfants ne sont pas oubliés grâce au modèle Watchdog. Contrairement aux autres modèles, celui-ci ne dispose pas de tirette permettant d’actionner manuellement le gonflage du gilet. Celui-ci est remplacer par un déclenchement automatique qui détecte l’immersion des épaules.

lifeshirt-watchdog

La prévention reste la meilleure protection contre les risques de noyades

Quelque soit le sport ou le loisir pratiqué, les risques de noyade ne sont pas à prendre à la légère. A titre d’information, les statistiques affichent des chiffres alarmants (et que l’on pourrait pourtant éviter). L’enquête NOYADES 2015 menée par l’Institut de veille sanitaire (InVS) a recensé 275 noyades accidentelles, dont 109 à l’origine d’un décès en seulement 5 semaines (du 1er juin au 5 juillet 2015) soit une moyenne de 3 décès par noyade par jour rien qu’en France en période estivale

Une autre donnée à retenir est que le point d’eau le plus mortel est la mer avec 34% des victimes à son actif. Triste record.

Démonstration vidéo du dispositif de flottaison personnel Lifeshirt

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués d'un * *